André Denis élu par acclamation : nouvelle présidence au Conseil scolaire fransaskois


: : Jean-Pierre PICARD : :


Lors d’une séance de travail du Conseil scolaire fransaskois (CSF) tenue le samedi 8 mars, Mme Elizabeth Perreault a annoncé qu’elle en quittait la présidence. Elle demeurera toutefois à son poste de conseillère scolaire pour la région scolaire de l’école St-Isidore (Bellevue).

Cette démission survient alors qu’un nouveau directeur par intérim, Donald Michaud, vient tout juste d’entrer en fonction. Rappelons qu’en décembre dernier, lors d’un huis clos le CSF avait décidé de lui retirer ses pouvoirs tout en lui laissant le titre de présidente.  Quelques semaines plus tard cette décision était annulée et elle recouvrait ses fonctions.

C’est André Denis, conseiller scolaire de la région scolaire de l’école Providence (Vonda), qui la remplace. Élu par acclamation par les membres du CSF, il occupera ce poste jusqu’à la prochaine réunion organisationnelle en juin.

Monsieur Denis est très actif depuis plusieurs années au sein du CSF. En 2010 il faisait adopter une résolution qui a pavé le chemin pour la création d’un centre de la petite enfance à Vonda.  Trois ans plus tard, à l’automne 2013, le centre La petite jungle voyait le jour dans cette communauté.

Ce fermier de St-Denis, vient d’une famille impliquée depuis longtemps dans la francophonie en Saskatchewan. Son père, Clotaire Denis, a déjà été président de l’Association culturelle franco-canadienne de la Saskatchewan (ACFC) dans les années 70 et son frère, Arthur Denis, a été président de la Commission culturelle fransaskoise (l’ancien nom du Conseil culturel fransaskois) dans les années 80.

Le plus grand défi, selon monsieur Denis, sera de pallier le sous-financement du réseau scolaire fransaskois, et pour cela, il faut  amener le gouvernement à comprendre les besoins spécifiques de la communauté fransaskoise. « Nous avons des obligations de rattrapage culturel, contrairement à la majorité. Malgré tout, le gouvernement calcule nos budgets en nous comparant aux commissions scolaires anglophones. »

Le travail de sensibilisation des décideurs est rendu difficile par les changements constants au sein du conseil des ministres de la province. Pendant les sept ans et demi qu’il a siégé au CSF, monsieur Denis a vu passer quatre ministres de l’Éducation. « Quand ils sont à la veille de comprendre, ils changent de poste et il faut recommencer ».

Selon Monsieur Denis, un des grands enjeux sur la table est de revoir la stratégie de communication du CSF. « On questionne les décisions quand on ne connaît pas tous les faits », souligne-t-il. Il sera important de bien informer la communauté tout comme les parents.

Monsieur Denis se croit bien placé pour comprendre les diverses préoccupations liées à l’enseignement dans les écoles fransaskoises. Il a un fils qui enseigne à l’école Providence de Vonda et une fille qui est enseignante à l’École canadienne-française de Saskatoon. De plus, il a quatre petits-enfants qui sont inscrits dans une école fransaskoise.

Il conclut en expliquant que les prochains mois seront cruciaux pour la restructuration du CSF. « Chaque programme sera réévalué, ainsi que notre mode de fonctionnement. »

André Denis
Photo : Yvan LeBel, de la publication « Saveurs et savoirs » de l’Institut français


© InfoGraphiques. Tous droits réservés.