L'authenticité des documents

Si l'incipit (les deux ou trois premiers mots du document; voir le mot 'incipio', II, int.) est en latin, probablement le seul texte authentique du document est la version latine. Malheureusement, plusieurs documents du Saint- Siège ont un incipit en latin mais le texte latin n'est pas (encore) disponible. Quoi faire? On lit une traduction disponible dans une langue moderne, mais de préférence quelle langue moderne? Si l'on connait l'italien, on lit la version italienne, parce que la langue du travail au Vatican, c'est l'italien. Mais lire une traduction, ce n'est point lire l'original, la version authentique. Certes, lire une traduction, ce n'est pas une perte du temps.

Il  y a une expression italienne, 'traduttore traditore', qui dit 'traduire, c'est trahir'. Les traductions du Saint-Siège elle-mêmes contiennent parfois des erreurs de traduction ou la traduction en français est impossible, parce que les mots nécessaires n'existent pas en français. 

Le journal officiel du Saint-Siège s'appelle Acta Apostolicae Sedis ('actes du Siège Apostolique', par exemple, documents, decrets, lettres, etc). Il peut y avoir une attente de quelques mois ou peut-être une année ou une année et demie, avant que la version authentique d'un document soit disponible dans les Acta Apostolicae Sedis. Plusieurs documents dans les Acta Apostolicae Sedis sont en français, ce que signifie que la langue originale du document est le français.

Après la parution de la version authentique d'un document du Siège Apostolique, les experts soit en théologie soit en droit canon soit sur n'importe quel sujet ecclésiastique lisent le texte authentique, l'original, et suggèrent des corrections de traductions.

Veuillez considérer les traductions de la Bible: plusieurs variations, n'est-ce pas? Mais l'Église a approuvé ces traductions. On lit la meilleure, mais on comprend qu'on lit seulement une traduction.